Les Pros Isérois ! 
 Retrouvailles avec Douadi Bounouara, ex attaquant de l'OGI ...

Les Pros Isérois !

Après Philippe Godoy et David Djebbour, Annabelle Chamiot notre étudiante en journalisme a retrouvé une ancienne connaissance des Grenoblois: Douadi Bounouara.
Personnage attachant, ce Fontainois a fait les beaux joueurs de l'OGI il y a quelques années, à l'époque où le club évoluait en National. Attaquant virevoltant, il avait conquis le public du vieux stade Charles Berty qui scandait "Dou-dou ... Dou-dou ..." lorsqu'il endossait le maillot de la Capitale des Alpes ...

Annabelle Chamiot: Vous avez évolué à l'OGI en tant que joueur, depuis on avait perdu votre trace ...
Douadi Bounouara: "Après avoir évolué environ 10 ans au CLUB (OGI), je me suis tourné vers le poste d'entraineur/joueur au club de St Quentin sur Isère,après un passage de 4 années à la Vallée de la Gresse et son entraineur Claude Converso. J'ai uniquement entrainé Saint-Quentin sur Isère pendant 5 ans et pour des raisons familiales, j'ai dû y mettre un terme. Voilà donc 3 ans que je suis sans activité. Toutefois,j'ai repris la compétition avec les vétérans de mon entreprise depuis Septembre 2010."

Annabelle Chamiot: Avec quels anciens joueurs avez-vous évolué à l’OGI ?
Douadi Bounouara: "J'ai évolué avec tant de joueurs dont Philippe Godoy (un grand homme par la même occasion). Mais un joueur et entraîneur m'aura particulièrement marqué car il a été le premier à me lancer dans le grand bain de l'équipe première qui évoluait en National à l'époque: monsieur Eric Géraldès."

Annabelle Chamiot: Comment jugez-vous la situation du GF38 ? Que pensez-vous qu’il faudrait changer dans le club ou dans l’équipe ?
Douadi Bounouara: "La situation du GF38 est catastrophique. Je pense qu'il faut tout changer au club car on n’a pas su assumer la montée en Ligue 1. De la direction du club (Index) aux joueurs venus, pour certains, comme des mercenaires. FAISONS CONFIANCE AUX JOUEURS GRENOBLOIS QUI ONT L'AMOUR DU CLUB ET DE LA VILLE DE GRENOBLE. Le GF38 y compris de mon époque a toujours privilégié les joueurs venus de l'extérieur. Nous, joueurs grenoblois, n'avons jamais eu la reconnaissance (humaine, salaire etc.....) que nous aurions mérité. Un exemple: quand j'étais entraineur de Saint-Quentin sur Isère j'étais allé voir les dirigeants pour un match amical avec les équipes réserves....on m'a rit au nez alors que je ne demandais qu'à faire plaisir a mes joueurs de pouvoir jouer contre une équipe du GF38. Quand aux joueurs du GF38, sur le terrain,vous aurez beau retourner la situation dans tous les sens, quand on n'a pas le niveau, les résultats ne suivent pas. Vous aurez beau avoir Mourinho comme entraîneur, il ne fera pas mieux.
"

Annabelle Chamiot: Vous qui étiez ancien attaquant comment jugez-vous l’absence d’impact des attaquants du GF38 ?
Douadi Bounouara: "Je ne peux avoir de jugement objectif, mais tout ce que je constate c'est que l'on marque très peu de buts. Et quand on ne marque pas ou peu, on ne peut pas gagner des matches. C'est aussi simple que cela."

Annabelle Chamiot: Quels sont vos projets actuellement ?
Douadi Bounouara: "Après avoir repris une activité footbalistique cette saison avec Caterpillar, j'aurais aimé passer mes diplômes d'arbitre. En effet, l'arbitrage m'attire car le terrain me manque. Mais mon investissement syndical dans mon entreprise m'en a empêché. Cela est remis à la saison prochaine, peut-être."


Douadi Bounouara
Né le 4/09/1973 à Grenoble
Profession: ouvrier monteur chez Caterpillar
Poste : Milieu offensif / attaquant.
Carrière en clubs en tant que joueur: AS Fontaine (2 ans), OGI (10 ans, centre de formation compris), La Vallée de Gresse (4 ans), Saint-Quentin-sur-Isère (5 ans, entraîneur-joueur), Caterpillar (championnat entreprise).


Propos recueillis par Annabelle Chamiot