Coupe de France 
 Le GF38 sort de la Coupe de France

Coupe de France
Le GF38 sort de la Coupe de France, éliminé après avoir encaissé le seul but du match dans les premières secondes. Le championnat revient au premier plan. « On a dominé la rencontre pendant 89 minutes et 30 secondes et on se fait éliminer. » Brice Maubleu ne pouvait pas faire meilleure synthèse.

Hier soir, dans la froide soirée rhodanienne, au milieu d’un brouillard épais, le gardien grenoblois et ses coéquipiers ont dit adieu à la Coupe de France. Celle-là même qui leur avait offert des effluves de folie la saison dernière face à l’OM. Et qui, ce matin, est désormais à écrire au passé. Au fond, c’est à se demander si ce n’est pas un mal pour un bien pour les joueurs de Jean-Louis Garcia. L’entraîneur isérois sait que la Coupe allait, en cas de qualification pour les 32es de finale, devenir un fardeau bien plus qu’un moteur, pour un groupe à qui l’on a demandé de ne penser à rien d’autre que la montée en National. « Plutôt que de faire un match amical début janvier, on aurait quand même préféré un tour de plus », souffle Garcia Avec une possible Ligue 1. Mais ça, c’est à Villefranche d’en rêver.

Le GF38 s’est obligé à retourner aux joutes du CFA après avoir manqué à deux obligations. Celle de bien rentrer dans le match. Puis de se montrer efficace. C’est d’ailleurs la première fois de la saison que Grenoble ne trouve pas le chemin des filets, aussi bien en CFA qu’en Coupe. Ce n’est pas un drame, évidemment, mais cela mérite quand même d’être souligné. « On a manqué d’efficacité, acquiesçait le milieu de terrain Steven Pinto Borges. Il faut que ça nous serve de leçon. Dominer n’est pas gagner. » Grenoble aura finalement perdu ce match au bout de 30 secondes. Pas une de plus. Bando NGanbe, sur un centre de la gauche et après un ballon récupéré, allait ouvrir le score face à un Maubleu impuissant sur le coup. Et c’est bien le seul rhodanien qui aura été véritablement dangereux hier soir. Villefranche, à la traîne en championnat, avait clairement affiché ses intentions en proposant un bloc bas, compact, avant de filer mettre à mal les Isérois sur quelques contres. L’histoire aurait pu bégayer à la 28e lorsque ce même Bando NGanbe, d’une frappe croisée, frôlait le montant de Maubleu. Pour le reste, c’était du Grenoble partout. Sur les ailes, avec un Florian David très remuant, au centre, en tentant de trouver Akrour. Mais ni PintoBorges d’une tête superbe sur corner à la 5è Focki qui ratait une offrande lors de son face à face avec Philippon (85e)ne parvenaient à trouver la solution.

« On méritait au moins d’arracher la prolongation, avouait JeanLouis Garcia. Mais je n’ai pas grandchose à reprocher à mon équipe. Notre objectif n’est de toute manière pas là. » Mais bien en CFA. Là où Grenoble patauge depuis quatre saisons. Après une entame aussi réussie et une place de leader confortable, Grenoble n’a pas le droit de se rater. Contrairement à hier soir, la faute serait alors impardonnable.

Benoit LAGNEUX