National 1 
 National 1 : Le GF38 devra s'en contenter

National 1
Brice Maubleu, le dernier rempart grenoblois avec David Jourdan

A Dunkerque, Dunkerque -  Grenoble 0-0. 
Arbitre : M. Bouille. 
Spectateurs : 1200. 

Avertissements : Boudaud (40e), Touré  (55e), Huysman (79e), M. Fachan (85e)  à Dunkerque ; Deletraz (73e), Coulibaly  (77e) à Grenoble. 

DUNKERQUE : Ligali - M. Fachan,  Husman (cap), Touré, Mazikou -  D. Fachan, Banor, Boudaud - Serin,  Candas (Chahiri, 81e), Grich.   

GRENOBLE : Maubleu - Bengriba,  Vandenabeele, Mayembo - Elogo  (Gherardi, 85e), Coulibaly, Benet,  Deletraz (Boussaha, 75e), Abou Demba -  Belvito (El Jadeyaoui, 61e), Sotoca. 

Olivier Guégan l’avait répété  tout au long de la  semaine, il fallait avant  tout se focaliser sur ce long  voyage dans le Nord. Strasbourg,  en huitièmes de finale  de Coupe de France, ça n’est  que jeudi prochain. Le message  du technicien isérois est  parvenu aux oreilles des siens.  Hier soir, les esprits grenoblois  n’ont pas semblé égarés.  Mais les Nordistes ont surtout  failli leur jouer un vilain tour, à  l’image de leurs voisins boulonnais  qui avaient éteint le  GF38 il y a deux semaines (12  au Stade des Alpes). Parce  que si la partie a longtemps  peiné à trouver son rythme,  les Grenoblois, eux, n’ont imposé  le leur qu’un quart  d’heure. Ils ont certes eu la  mainmise sur le cuir ensuite,  mais Dunkerque, habile en  contres et surtout adroit sur  coups de pied arrêtés, a fait  passer une flopée de frayeurs.
 
La baraka de Maubleu 
Brice Maubleu, le portier grenoblois,  a même été béni des  dieux. Sauvé à trois reprises  par ses montants (27e et deux  fois à la 54e), il a ensuite sorti la  parade parfaite, sur un énième  coup franc millimétré de  Zakaria Grich (73e). « On a  bien su les déstabiliser, analysait  Baba Touré, le défenseur  central dunkerquois. Nous  avons su rivaliser avec eux. »  Dunkerque a joué les yeux  dans les yeux avec Grenoble,  notamment dans l’engagement,  denrée indispensable  quand la technique ne peut  prendre le dessus. Arsène Elogo  a eu beau se démener sur  son flanc gauche, le milieu de  terrain grenoblois n’a jamais  été suffisamment tranchant et  précis dans l’avant dernier  geste. Son compère Nicolas  Belvito a lui été sevré de ballons,  limitant les cartouches  iséroises. L’attaquant a bien  eu une opportunité en or au  retour des vestiaires après  avoir été servi par Florian Sotoca,  mais il a perdu son duel  face au portier dunkerquois  (52e). À peine deux véritables  frappes en 90 minutes de jeu  (avec celle sans danger de Julien  Delatraz en première période),  c’était bien trop peu  pour empocher la mise. 
Place à la Coupe de France  Les Grenoblois le savent, il  faudra cravacher jusqu’au  bout pour espérer retrouver la  Ligue 2. Heureusement pour  eux, jeudi prochain, devant  Strasbourg et un stade des Alpes  qui s’annonce en feu, ils  auront l’occasion de penser à  autre chose qu’au pain quotidien.   

(Source : Le Dauphiné Libéré / Florent CAFFERY)