Hassen Bouzeghoub, il y a quelques saisons sous le maillot de l'AC Seyssinet (crédit photo : Footisere)

Depuis son départ il y a 1 saison 1/2 de l’US Sassenage, il était sorti des radars. Après avoir fait les beaux jours de Sassenage mais aussi de Seyssinet, Hassen Bouzeghoub est actuellement sans club.
Mais la passion d’entraîner est toujours là comme on peut le constater …

Hassen, que deviens-tu ?
Hassen Bouzeghoub : « Écoute Cedric, je n’ai pas eu l’occasion de repartir sur un autre projet pour le moment, du coup je regarde des matchs. Même beaucoup de matchs de tous niveaux et de toutes catégories. D’ailleurs je constate que ce n’est pas facile pour certains de nos représentants en Ligue actuellement. J’ai par exemple beaucoup aimé voir Echirolles jouer en R1, j’ai vu également un bon derby Gières-Vallée de Gresse en R2.  Pour moi c’est rafraîchissant et en même temps je peux me rendre compte du niveau actuel du football en Isère. Quand tu entraînes tu es souvent obnubilé par ton championnat et tu ne vois pas toujours ce qui se fait à côté … »

Sassenage c’est loin pour toi?
Hassen Bouzeghoub : « Oui mais, ça reste mon club de cœur ! J’ai vécu des moments très forts dans ce club pendant mes 17 ans de présence. En premier lieu, la montée en ligue en tant que joueur après plus de 25 ans d’absence du club à ce niveau, avec des joueurs qui sont devenus des amis : Karim Bouakaz évidemment, Thierry Gusella, Olivier Lecompte, Patrice Malicorne, Lionel et Richard Viard, Ben Benédine, Hichem Bendjaballah… enfin pleins de garçons supers et adorables. Et puis c’est le club qui m’a donné ma chance en tant qu’entraineur en Ligue grâce à des gens extraordinaires, je pense à André Soler, Christian Lafranchescina (dit « Kiki ») et Yves Feltrin mes 3 présidents au cours de toutes ces années et Marité Sarazin une secrétaire extraordinaire. Je pense également à 2 personnes qui nous ont quittés aujourd’hui Tonio Patchéco mon fidèle dirigeant (trésorier du club) pendant plus dix ans et Gino Locatelli le créateur du club qui a véhiculé les vrais valeurs sassenageoises. Cet homme a fait de moi l’entraîneur de football que je suis. Enfin en tant qu’entraineur j’ai connu des moments inoubliables également avec 3 montées en ligue, 5 maintiens en ligue et deux 5ème tours et un 7ème tour de Coupe de France. Mais également la fierté d’avoir lancé des jeunes joueurs comme Seb Swiergosz, Loïc Eyraud, Fred Charrière, Etienne et Bastien Brosse, et toi Cédric ! (rires). Et puis plein d’autres, je ne pourrais pas tous les citer tellement il y en a eu … j’ai eu l’opportunité d’entrainer des joueurs fabuleux je pense à Youcef Boukhari, Borane Amarouche, Francois Dalliet, Partick Viollat, Kamel Bouakel, Jérôme Boujeat, Abou Dieng, Loïc Marcone, Olivier Lecompte et le légendaire Gilles Roccaro entre autres…
Voilà pour moi c’est l’image que je garde de ce club, je vois d’ailleurs qu’actuellement ils vivent une passe difficile en R3 mais j’espère qu’ils vont se reprendre. Je fais confiance à Maxence Ferrante et Ronan Trétout deux très bon garçons et bons joueurs. Pas facile la Ligue !!! »

Comment tu vois ton avenir footballistique ?
Hassen Bouzeghoub : « On verra bien ! Comme je te disais je regarde des matchs. Je profite actuellement de ma famille et tu sais que j’ai aussi un travail très prenant du coup mes journées sont bien remplies. Je reste désireux d’entraîner et suis titulaire du Brevet d’état football donc on verra ce que me réserve l’avenir. »

Un mot sur le GF38 ? Je sais que tu les suis toujours autant …
Hassen Bouzeghoub : « Bien sûr ! Formidable parcours ça fait plaisir de retrouver notre ville à ce niveau au plan national, avec une mention particulière pour Malek Chergui et Selim Bengriba issus du foot amateur grenoblois qui brillent à ce niveau. Le GF38 peut créer l’exploit si il conserve ce rythme !! J’espère que la coupe de France ne pas venir perturber cette dynamique ! »

Un petit mot pour finir concernant footisere ?
Hassen Bouzeghoub : « Votre site est devenu une véritable institution du football isérois, après 15 ans d’existence il reste aujourd’hui incontournable. Footisere permet à toutes et tous de s’informer, de s’exprimer et d’être valorisé !!! Toujours dans un esprit de partage et de respect. Chapeau pour les bénévoles que vous êtes parce que le plus dur reste de tenir dans la durée et quoiqu’on dise, vous êtes toujours là avec un relooking plus moderne qui fait beaucoup de bien. »