La joie des salaisiens sur le but de la victoire (Photo Le DL/Jean-François SOUCHET)

À Salaise (stade Robert-Mazaud), Salaise bat Aix-les-Bains 2-1
Mi-temps 0-1
Arb
itre : JESSE PHILIBERT assisté de PIERRICK CHOAIN et de FEHMI CHAOUCH
Buts : Desousa (76ème) et Chanel (90ème+3) pour Salaise ; Ciglie (7ème) pour Aix les Bains. Avertissements : Béraud (32ème), Desousa (41ème), Lorente (69ème), Vicentini (17ème) et Kagola (61ème) à Aix-les-Bains.
Expulsion : Obaton (57ème) à Salaise.

Menés au score dès la 7ème minute, et réduits à dix avant l’heure de jeu, les Salaisiens n’ont rien lâché pour finalement coiffer sur le poteau des visiteurs qui n’en reviennent toujours pas. Scénario presque inespéré, mais renversant et tellement épatant samedi soir pour le FC Salaise qui a arraché un précieux succès dans les arrêts de jeu, alors qu’il était mené depuis la 7ème minute. Un coup franc botté par Ciglie qui avait bien repéré la faille dans le mur salaisien, lequel a astucieusement enveloppé son ballon pour tromper Rey (7ème, 0-1). La bande à Hamza entrait mal dans son match, et se faisait surprendre par une formation bien recroquevillée en défense, et bien en place et qui a, l’essentiel du temps, jouer le béton. Une fois encore il a fallu courir après le score, ce que le onze local a essayé de faire jusqu’au repos. Mais bis répétita cette saison, les nombreuses opportunités de revenir à la marque sont restées stériles. Maudits les Salaisiens ? On aurait pu le penser. Mais le final en apothéose allait prouver que non. Certes il leur a fallu du temps pour porter l’estocade. Que ce soit Desousa sur coup-Franc (20ème) Richard (22ème), Obaton (25ème, 29ème) ou Hamza (31ème), il y a toujours eu une tête, une jambe, un torse et surtout un portier savoyard très incisif, en plus d’une évidente sérénité pour repousser les assauts outranciers des Salaisiens.
« Obaton hors-jeu »
Alors qu’il s’était fait plutôt bien remarquer dans le jeu en 1ère période, Obaton s’est mis lui-même hors-jeu sur un tacle assassin inutile sur une action située à 80 mètres de ses buts, nécessitant l’intervention des pompiers, et punissant très logiquement un salaisien récidiviste. Laissant du coup ses coéquipiers dans la panade ! À dix contre onze, on pouvait aussi penser que les carottes étaient cuites. Eh bien c’était sans compter sur l’énergie, la détermination et la solidarité d’un groupe uni face à l’adversité. Desousa, en éclaireur expédiait le cuir le long du poteau et Revil ne pouvait que constater les dégâts (76ème, 1-1). Et Salaise, tout comme le public aurait pu s’en contenter. Alors que l’on se dirigeait vers un score de parité Ô combien mérité, Grail toujours très inspiré côté droit allait adresser un centre à mi-hauteur sur un Chanel bondissant, pour un Salaise rebondissant ! Sa tête plongeante magnifique et rageuse, logeait le ballon hors de portée de Revil (2-1, 90ème+3). Énorme contraste entre la désillusion pour Aix-les-Bains et l’euphorie totale des hommes d’Imbert et Martinez laissant éclater un bonheur qui a fait plaisir à voir. Car samedi soir, le bonheur était dans le pré salaisien.

Christiane FOSELLE /le Dauphiné Libéré.