Sébastien Joseph, meilleur entraîneur de Division 1 en 2016 (crédit photo : www.footdelles.com).

On l’a vu à la télévision sur le banc des féminines de Rodez ou de Soyaux Angoulême, son club actuel en D1.
L’Isérois Sébastien Joseph s’est bien exporté en devenant une valeur sûre de cette compétition.
On a pris de ses nouvelles ce week-end, alors que son équipe venait de se faire sortir de la Coupe de France contre Guingamp (0-1) …

Sébastien, tu es aujourd’hui coach des féminines de Soyaux Angoulème (D1). Quel chemin t’a mené jusque-là ?
Sébastien Joseph : « Le parcours fut long mais très intéressant, après avoir entrainé au GF38 au début des années 2000, j’ai rejoint Seyssinet de 2004 à 2010. Puis je suis parti en Ligue Méditerranée pour devenir cadre technique de la fédération de 2010 à 2015. Mais le terrain me manquait, Nicolas Bach que j’avais rencontré à Grenoble m’a mis en relation avec les dirigeants de Rodez car il quittait le club, nous étions nombreux sur le poste mais j’ai eu ma chance en D1 Féminine à Rodez ce qui m’a permis de découvrir une nouvelle région l’Occitanie et surtout de découvrir le foot féminin au plus haut niveau. En 2017 Soyaux m’a contacté, il avait un projet ambitieux pour leur équipe féminine qui évoluait aussi en D1 et me voilà parti pour la Charente où je suis encore à ce jour. »

Quels sont tes meilleurs souvenirs dans ta carrière actuelle ?
Sébastien Joseph : « J’ai beaucoup de bons souvenirs mais si je devais en sélectionner quelques-un je choisirais :
– Ma double montée avec les U15 de Seyssinet entre 2005 et 2007
– Mon 1er match avec Rodez face au PSG et cette première saison extraordinaire, nous avions fini 5ème et nous avions fait une demi-finale de Coupe de France et nous avions battu tous les records du club cette saison 2015/16 (records de points, de victoires, classement, coupe de France…)
– Le match nul avec Soyaux face au PSG en égalisant à la 93ème minute (1-1)
Des souvenirs forts en émotion. Mais je garde surtout d’excellents souvenirs des gens que j’ai rencontré tout au long de se parcours, je garde d’excellentes relations où que je sois passé, ce qui est aussi une forme de reconnaissance du travail effectué. »

Des passages moins bons en tête ?
Sébastien Joseph : « Dans mes pires souvenirs je dirai que la défaite d’aujourd’hui (NDLR : samedi 01/02/2020) n’en n’est pas loin, et une défaite contre Juvisy avec Rodez en 2016 (10-0), c’était humiliant et avec l’équipe nous avions passé une semaine…compliquée. 😉 »

Comment et pourquoi es-tu venu à entraîner des femmes ?
Sébastien Joseph : « Je n’avais pas de projet spécifique d’aller entrainer des filles mais ça a plus été une question d’opportunité. J’étais très investi dans le développement du foot féminin dans mon district et quand Rodez m’a appelé et en voyant l’essor du foot féminin, je savais que l’opportunité ne se représenterai pas 2 fois. »

Quels sont les différences dans l’approche comme entraîneur par rapport au foot masculin ?
Sébastien Joseph : « Je dirai que la grande différence entre le foot masculin et féminin réside dans le management. La relation avec un groupe masculin est plus frontale, avec des filles la notion de groupe est omniprésente et tout doit être expliqué, juste. Après le football reste le même et le projet de jeu doit rester le centre des préoccupations. Certes il va moins vite que chez les garçons car les qualités athlétiques sont différentes, mais elles sont techniques et elles ont une vraies affinité pour le beau jeu. »

Même si le foot féminin est de plus en plus médiatisé (coupe du Monde, D1 féminine à la télé), en quoi peut-il encore progresser pour l’être davatange ?
Sébastien Joseph : « Le foot féminin manque encore de moyens et de reconnaissance à ce jour. Le coupe du Monde et Canal+ ont mis un coup de projecteur sur le foot féminin mais la D1F manque d’attractivité (affluence dans les stades) et les droits TV ne sont pas reversés aux clubs, ce qui limite leur progression. Enfin même si beaucoup de clubs pros investissent pour être présent dans le foot féminin, certains projets manque de réelles motivations. »

Revenons sur ton actualité. Ton équipe s’est inclinée cet après-midi 1-0 en 8e de coupe de France contre Guingamp. Des regrets sur cette élimination ?
Sébastien Joseph : « Oui beaucoup de regrets car nous faisons une grande partie du jeu mais nous manquons de réalisme devant le but. Nous prenons 2 contres dont un se finit au fond et malgré une pression constante en fin de match nous ne sommes pas parvenus à égaliser. Un match qui laisse de la déception, de la frustration et beaucoup de regrets car ce genre de scénario s’est produit plusieurs fois cette saison (Reims, Paris FC et aujourd’hui Guingamp) et tous se sont traduits par une défaite 1-0. »

Quels objectifs as-tu fixé à ton équipe cette saison ?
Sébastien Joseph : « La coupe s’était du bonus, notre objectif est centré sur le championnat. Nous nous sommes fixés la barre de 28 pts cette saison et continuer notre progression comme nous le faisons chaque saison depuis mon arrivée (24 pts la 1ère saison, 27pts la saison dernière). Nous voulons aussi produire un jeu de qualité, le score ne doit être que la résultante d’un jeu cohérent dans lequel chaque joueuse se retrouve et arrive à s’exprimer individuellement pour aboutir à une production collective intéressante. Le jeu avant l’enjeu. »

Qu’en-est-il de ton avenir ? Un retour en Isère dans un futur proche est-il envisageable ? Si oui pour quel type de projet ?
Sébastien Joseph : « J’aimerais forcément revenir un jour en Isère. Je suis Grenoblois, j’y ai ma famille et mes amis. Je n’ai pas de projet spécifique en tête, ça sera plus une question d’opportunités comme ça l’a toujours été tout au long de ma carrière. J’ai un D.E.S. et je pense pouvoir apporter à tous clubs qui auraient un projet motivant chez les garçons comme chez les filles. J’ai une longue expérience et je pense pouvoir apporter sur n’importe quelle catégorie ou comme responsable technique. »

As-tu un message à faire passer à ceux qui te lisent ?
Sébastien Joseph : « J’aimerais passer un gros Bonjour à tous les lecteurs de Footisère et à tous ceux que j’ai côtoyé durant toutes ces années de football sur les terrains de notre belle région Rhône-Alpes. C’est un réel plaisir de lire votre site encore après toutes ces années, ce qui prouve l’investissement et la qualité de ce site, et votre travail. Je terminerai simplement en disant que si un club isérois a un projet intéressant, je saurai l’écouter avec une oreille attentive. »