On peut avoir été footballeur, entraîneur et savoir écrire. Et oui, contrairement aux idées reçues du grand public, les footeux ne sont pas (tous) illettrés.
On en avait déjà eu la preuve avec Bruno Guiguet et son « Aile Cassée » disponible à l’achat notamment chez Amazon.fr.

C’est Sébastien Jullian bien connu à Saint-Marcellin, à Veurey ou encore au VER SAU où il officiait encore l’an dernier qui est une nouvelle fois à l’honneur à l’occasion de la sortie de son 2ème livre : « Le Berceau du Talion« .

Sébastien, peux tu nous parler de ton actualité footballistique et de ta passion pour l’écriture ?
« Cette année, j’ai choisi de prendre un peu de recul par rapport au football. Je suis mon club de l AS VERSAU mais avec un regard un peu plus extérieur. J’avais besoin de souffler après 15 années en tant qu’ éducateur et entraîneur. Et puis c’est vrai que cela me permet de me concentrer sur cette nouvelle activité. Depuis mon premier roman en Mai 2018, j’ai appris à connaître ce milieu et c’est vraiment passionnant.
Il y a des leçons à tirer en terme de motivation et abnégation. Dans le foot lorsqu’on parlait d’investissement, on me répondait toujours « C’est la société qui est devenue comme ca »
C’est une belle connerie…Je peux vous dire que dans le monde du thriller, je rencontre des personnes , jeunes ou plus âgées qui consacrent 20 à 30 heures par semaine pour leur passion, et ils ont à coté les mêmes engagements (travail, famille) que certains footballeurs capricieux qui disent ne pas avoir de temps pour s’entraîner.
Il faut respecter sa passion, respecter son sport. Et chasser les profiteurs qui veulent juste leur nom dans la presse ou les réseaux sociaux mais ne sont pas prêts à faire le moindre effort.
Je pense que c’est un des objectifs à se fixer dans le foot : retrouver ce goût de travailler ensemble. »

Quel est le thème de ton nouveau roman, Le Berceau du Talion ?
C’est un thriller, je dirais assez addictif avec une enquête hors norme qui part dans tous les sens et de nombreux rebondissements. C’est très différent de mon premier roman qui était assez fermé. Ici on va voir de tout et à toutes les sauces : des flics, avocats, tueurs, hackers, junkies…et il y a même quelques références au monde du sport professionnel.
C’est un roman qui a été difficile à écrire, de par son rythme et son univers si éclectique. Mais je suis très content du résultat après plus d’un an de correction. Les premiers retours sont plus que positifs.

Comment peut-on se le procurer ?
Il est disponible sur amazon, en broché à 14,90 euros ou en version numérique a 2,99 euros. Et sinon en me contactant directement. Sur ce roman j’avais des contacts avancés avec des maisons d’éditions mais j’ai finalement choisi l autoédition, afin de pouvoir proposer un prix attractif.

Quel type de public lit ce genre de romans ? Et y’a-t -il quelques footballeurs ?
Il faut savoir que 90% des lecteurs de thrillers sont des femmes. Globalement elles lisent plus que les hommes et d’avantage de romans. Mais on trouve aussi quelques « mâles » et même des footballeurs. Je les encourage vivement à s’y mettre. C’est une activité enrichissante, ca détend, et croyez moi vous allez découvrir des histoires hallucinantes. Après une défaite ou un mauvais match, ca peut aider à décompresser.

Un mot sur l’AS Versau ?
Cette année est une véritable transition. Fabrice Sant-Anna, coach depuis 8 ans a pris la direction technique et laissé la place de coach a Manu Sattler, un choix que les coachs dont je faisais partie avions validé à 100%.
Florian Coyat, que je connais très bien et qui était entraîneur des gardiens , a repris mon rôle avec l’équipe réserve. Ca m’a conforté dans mon choix, c’est toujours bien de savoir qu’il y a du monde pour reprendre le flambeau.
Maintenant le club essaye d’avancer et de se structurer , notamment au niveau des infrastructures et des jeunes. A mon grand regret, l’Olympique Saint Marcellin a fait le choix d’abandonner le groupement foot sud dauphiné, et il faut donc reconstruire, chacun de son côté. Au niveau des seniors, l’objectif sera bien entendu le maintien en R3. Je vais les suivre de près. Il y a beaucoup de joueurs que j’apprécie dans cet effectif et qui j’espère feront une belle saison.

Est-ce que tu aimerais entraîner de nouveau ?
Je pense que d’ici peu, l’activité va me manquer. Entraîner est une chose merveilleuse qui vous fait progresser dans de nombreux domaines, y compris professionnellement. Quand j’étais jeune j’étais timide et souvent incapable de prendre la parole devant des gens. J’encourage un maximum de personne à tenter l’aventure et à faire progresser le football.
Après je sais ce que je veux et ne veux plus. C’est une activité que j’aime faire à 200% et j’attends la même chose en retour. Je ne le ferai pas juste pour une indemnité, comme on le voit malheureusement trop souvent. Il faudrait un projet ou je peux appliquer mes idées, si c’est possible un jour pourquoi pas sinon je trouverai bien quelque chose d’autre à faire….ou à écrire

As-tu un message aux lecteurs de footisere ?
Continuez de vous manifester positivement sur les réseaux sociaux. Montrez ce qu’ on trouve de meilleur dans les clubs. Essayons de retrouver un peu plus de proximité, que ce soit joueurs, dirigeants, arbitres, district.
Le football doit grandir, progresser sur la communication et l’image. C’est une mission qui nous concerne tous.