C’est le TENNIS-BALLON pour la France ou le football-tennis à l‘international. Dans certains pays de l’Est (Roumanie, Slovaquie, Hongrie, Moldavie…), c’est un sport qui est même professionnel. Et l’un des pionniers de cette discipline en France, c’est Jean-Marc Nginn, échirollois mais qui vit désormais qui au Teil (07).

« J’ai joué très longtemps au football à Échirolles jusqu’en honneur. J’ai ensuite découvert le tennis ballon par hasard, il y a maintenant 20 ans. Et j’ai eu la chance de débuter avec Albert Batteux. On se faisait plaisir« .

A partir de là, Jean-Marc Nginn est devenu le principal artisan du développement de ce sport dans l’hexagone, et ce, dès les années 90. « Cela m’a permis de rencontrer pas mal de joueurs de football« .

Le tennis ballon se joue en simple, en double, et en triple. C’est un sport qui peut se pratiquer en mixité. Les matches se jouent en deux sets gagnants de 11 points. Le filet se trouve à 1,10 m. Le terrain est différent selon la discipline : en simple et en double la surface de jeu est équivalente aux quatre carrés de service d’un terrain de tennis classique, en triple on pratique sur un terrain de volley. « Les rencontres se déroulent le plus souvent en salle, mais on peut jouer aussi en extérieur sur l’herbe, le sable ou bien sur stabilisé. Les services se font soit ballon au sol, soit en smashant le ballon ou encore en le reprenant de volée« . Une seule touche de balle par joueur, sauf en simple (2 touches), est autorisée. « Pour être un bon joueur, il faut être souple, avoir de l’endurance, être bon des deux pieds, et posséder une finesse de touche de balle. Le bassin travaille énormément. On joue beaucoup de l’intérieur du pied et du talon. Il est important également d’avoir une bonne vision de jeu, être très observateur et avoir un bon déplacement. C’est une discipline très ludique où la convivialité existe encore, et où il y a beaucoup de solidarité« .
La Fédération de Tennis-Ballon France (FTBF) existe depuis 1997. Elle gère notamment un championnat national. La sélection tricolore a pris part à sa première compétition internationale, un championnat d’Europe en Roumanie, il y a plus de 20 ans.Jean-Marc Nginn va continuer à se démener pour faire connaître le tennis ballon.

Franck Auber et moi-même avons créé le challenge tennis ballon Albert Batteux, en hommage à l’entraîneur et l’homme qui a introduit le tennis ballon en France après les années de guerre 39/45. La première édition s’est déroulée à Montélimar en 2016. Elle fût remportée par l’équipe de Seine-Maritime constituée de plusieurs joueurs champions du monde. La 2ème s’est tenue à Miramont de Guyenne dans le Lot-et-Garonne : les havrais ont doublé la mise. La 3ème édition devait avoir lieu au Havre mais a été annulée au dernier moment. Finalement, en 2019, le challenge Albert Batteux revient à la maison. Plus d’une dizaine d’équipes inscrites venant de Vallauris Golfe Juan, Miramont de Guyenne Monteux, Echirolles et Montélimar bien sûr.
Le vainqueur se verra remettre le challenge Albert Batteux spécialement conçu par Geo Perli ancien pro, et ex président du foot de Grenoble mais maintenant artiste peintre ardéchois. À noter la présence d’équipes mixtes et féminines.

Le challenge se déroule ce samedi à l’Espace Éducatif et Sportif
de Montélimar – Route de Marseille.
À partir de 10h.
Entrée gratuite
Finale vers 17h