Alexandre Monaca, aujourd'hui heureux à l'USVO (crédit photo : droits réservés)

Alexandre Monaca a évolué dans de nombreux clubs du bassin grenoblois où il s’est systématiquement mis en valeur par ses talents de buteurs récompensés notamment par un titre honorifique de « meilleure performance sportive de l’année 2012 » décerné par les journalistes du Dauphiné Libéré.
C’était avec Gières et il avait inscrit 24 buts en 21 matchs de PHR, 50 buts en 40 rencontres toutes compétitions confondues, un exploit inégalé depuis à ce niveau dans notre département.
Évoluant désormais plus bas niveau national, il prend toujours de plaisir avec ses potes comme il nous l’explique dans cette interview.

Alex tu évolues désormais à l’USVO depuis fin 2016. Pourquoi ce choix ?
« L’USVO est le club de mon enfance, de mon quartier. J’y ai commencé à l’âge de 5 ans. Je voulais boucler la boucle tout en prenant du plaisir avec mes amis et participer à la reconstruction de l’équipe seniors, ça me tenait à cœur ! »

« continuer de marquer des buts est quelque chose de génial … »

Toi qui a connu le plus haut niveau régional et qui a souvent été mis sur le devant de scène pour tes qualités de buteur, qu’est-ce que cela fait de tomber dans l’anonymat de la D6 ?
« Pour moi le plaisir reste intact peu importe le niveau. Il y a certes moins d’intensité, mais de pouvoir jouer chaque week-end avec mes amis et continuer à marquer des buts est quelque chose de génial, peu importe le niveau. Un attaquant est content de marquer peu importe l’adversaire en face. »

Même si tu es encore jeune à 33 ans et que tu as encore de beaux jours devant toi, quel recul portes-tu sur ton parcours footballistique ? Avec quelles satisfactions et quels regrets ?
« Concernant mon parcours il est vrai que j’ai beaucoup bourlingué ces dernières années mais je ne regrette aucune de mes expériences. J’ai vécu des montées les premières années (CFA2 avec Echirolles, DH avec Eybens, PHR avec la réserve, DHR avec les Martinérois) et aussi pas mal de relégations malheureusement, mais cela fait parti du sport !
J’ai côtoyé pas mal de joueurs qui sont devenu des amis, grâce à mes expériences, des entraîneurs de très grande qualité. Mon plus grand regret je pense et d’avoir échoué le maintien avec Eybens l’année où nous sommes descendu en Excellence ! Ce club m’a tellement donné que le voir redescendre en district m’a énormément affecté. »

L’USVO est un club en pleine reconstruction au niveau des Seniors. Parle-nous de votre projet. Que dirais-tu à un joueur qui aurait envie de se laisser tenter par l’aventure ?
« Grâce au président, Abou Dieng et Fayçal Ray entre autres, le projet est reparti après des années sans équipe Seniors. Ce club est un club mythique de l’agglomération car il a été dans ses plus belles heure à jouer le haut du panier DH à une époque où le niveau était beaucoup plus élevé qu’aujourd’hui. Désormais notre projet est de remettre le club au niveau qu’il mérite, les catégories de jeunes sont très bien structurées, les résultats sont là, des éducateurs viennent de l’extérieur pour coacher nos jeunes, ça commence à payer! Si je devais convaincre quelqu’un de signer chez nous je lui dirais tout simplement que la convivialité, la fraternité, l’ambiance sont au rendez vous chez nous. Nous avons aussi la chance d’avoir une équipe qui joue très bien au ballon malgré le niveau où nous sommes aujourd’hui mais ce n’est que temporaire. Pour finir, nous possédons un synthétique dernière génération pour nous entraîner que beaucoup nous envie ! »

As-tu un message à faire passer aux internautes qui te lisent ?
« Bonne fin de saison à tous les clubs isérois, que vos objectifs se réalisent. Merci à Footisere de nous tenir informés de ce qu’il se passe dans le département, que cela dure encore longtemps ! »

 

USVO – saison 2017/2018 (crédit photo : droits réservés / USVO)