(Crédit photo : Fb Fayçal Miled)

En quelques lignes, Fayçal Miled nous a retracé sa passion de l’arbitrage :

« J’ai commencé l’arbitrage à l’âge de 17 ans . Au début, ce n’était pas vraiment un choix, je prenais le sifflet pour rendre service à mon club , en infraction au statut de l’arbitrage qui me l’a vendu comme une manière d’associer ma passion du football et de gagner un peu d’argent de poche. Je me suis vite rendu compte que c’était aussi l’opportunité de connaître et assimiler les règles de ce sport qui occupait l’essentiel de mon temps et de mes pensées.

Puis naturellement, l’arbitrage est devenu une véritable passion et je me suis prêté au jeu avec l’envie de progresser. A l’image d’un joueur qui attend impatiemment sa convocation au match, je scrute mes désignations, vais-je arbitrer ce week-end ? Quel match ? A quel niveau ? Des premiers de poules ou bien des équipes de milieu de tableau ? La fonction malgré les divergences qu’elles suscitent et les critiques qu’elle génèrent te donne un statut dans l’équipe ou tu joues, dans le club que tu représentes et auprès des différents acteurs de ce sport.
Arbitrer m’a apporté une autre approche de mon sport mais aussi une aventure humaine qui m’a fait grandir en tant qu’homme. Des relations se créent avec des joueurs, des entraîneurs, des dirigeants, des présidents de club… C’était très gratifiant de voir ces différentes composantes du football ou encore le public me témoigner leurs félicitations ou encore leurs compassions suite à mes prestations. C’est un plaisir d’arbitrer, de sentir que la façon dont vous avez sifflé a permis aux joueurs de vivre une belle rencontre. On est un acteur à part entière dans le match. Petit à petit j’y ai pris goût. L’arbitrage m’a permis de m’affirmer dans ma prise de responsabilités au quotidien dans l’approche de mes examens scolaires puis dans ma vie professionnelle. L’exigence de la fonction : être honnête, impartial et neutre. Un arbitre a le droit de faire des erreurs comme un joueur peut faire une mauvaise passe ou un mauvais tir, comme un entraîneur peut faire un mauvais choix tactique. Mais il faut que cette erreur ne soit pas de nature à avantager volontairement une équipe. L’arbitre est avant tout un passionné de football ; afin de gagner la reconnaissance, il doit être au service du jeu, doit savoir prendre des décisions dans l’instant et être à l’écoute des entraîneurs et des joueurs. Un très bon mental est aussi indispensable car il faut sans cesse faire face à de fortes pressions et prendre ses responsabilités. C’est tout ce que cela m’a apporté qui m’a aussi donné envie et fait continuer l’arbitrage. L’arbitrage m’a procuré des joies incroyables, des souvenirs magiques et des moments inoubliables qui sont encrés en moi pour toute la vie. Alors au moment de faire le bilan de ma carrière, je n’ai aucun regret. Après 30 ans de bons et loyaux services pour la cause de l’arbitrage, pour des raisons de santé, familiales et d’emploi du temps et après avoir mûrement réfléchi, j’ai décidé de raccrocher le sifflet à la fin de la présente saison . Je n’ai plus mes jambes de 20 ans, la même stimulation à préparer mon sac avant chaque match et par respect pour les clubs et ce sport qui m’ont tant apporté, il ne serait pas correct de faire la saison de trop. De plus , ma fille Maïssa de 16 ans, intègre la section sportive d’arbitrage de Villeurbanne et à besoin de moi pour l’accompagner et la conseiller, mes responsabilités d’éducateurs U20 R1 au club de Vénissieux FC , sont autant d’arguments qui m’ont conduit logiquement à la plus sage des décisions. Le club de l’Isle d’Abeau et son président Mr Moumjid Mustapha a accepté de me mettre à disposition ses infrastructures et la logistique pour fêter ma dernière saison en organisant un jubilé sous forme d’un match opposant une sélection régionale le 22 juin enfin d’après midi au stade de Joel Grisolet de L’Isle D’Abeau contre mes U19 du Venissieux FC qui évoluent en R1. Bcp de joueurs ligue et de district de Grenoble , Nord Isère et du Lyonnais constitueront cette sélection coaché par Manuel Ribeiro et Toufik Bentahar.
Hakim Ben El Hadj , arbitre professionnel de L1 me fera l’honneur d’être parrain de cette manifestation.

J’invite tous mes amis arbitres, joueurs, entraîneurs, dirigeants, présidents et amoureux du football à venir à cette soirée placée sous forme de moment de fête et de convivialité. Je tenais à remercier mon épouse et mes enfants qui m’ont soutenu pendant toutes ces années afin que je puisse assouvir cette passion. J’en profite pour parler d’un pot commun que j’ai créé pour venir en aide au club de mon village en Tunisie : l’US Ksour Essef. Le football est le grand facteur de rassemblement. C’est pourquoi je dis qu’il faut donner au football les chances de s’épanouir davantage dans les pays africains. Je parraine le club de football de mon village en Tunisie , qui a plus de 250 licenciés dont plus de 200 sont des enfants. Malheureusement les moyens matériels et financiers ne sont pas à la hauteur de l’investissement et de l’engagement. »
Lien pour la collecte : https://www.lepotcommun.fr/pot/43104ku6

Retenez cette date :

le 22 juin en fin d’après midi
Sélection régionale / U19 du Venissieux FC (R1)
stade Joel Grisolet de L’Isle D’Abeau