Fabien Tissot, le coach berjallien (crédit photo : Le Dauphiné Libéré)

Le FC Bourgoin-Jallieu évolue en  National 3 – poule M. En tête actuellement avec 41 pts (17 maths joués, 12 victoires, 5 nuls, 25 buts marqués et 8 buts encaissés. depuis le début de la saison, les dirigeants ont fait appel à Fabien Tissot que nous venons d’interviewer.

Fabien Tissot, est né le 14 novembre 1972 à Nancy, il a évolué au poste d’attaquant du début des années 1990 au milieu des années 2000, puis il s’est reconverti en entraîneur dans le début des années 2000.
Parcours de joueur
Nancy 1990 à 1994 (pro en 1992)
Epinal 1994 à 1996
Beauvais 1996 à 1998
Reims 1998 à 2000
St Dizier 2001 à 2005
Parcours d’entraîneur
St Dizier 2003 à 2009
Epinal 2009 à 2015
Bourgoin depuis 2017 

Connaissais-tu la région avant ta venue ?
« Non, je ne connaissais pas spécialement la région. J’y passais uniquement pour les vacances. Installé depuis l’été dernier je me suis très rapidement et très bien acclimaté ».
Quelle est ta fonction exacte au sein du FCBJ ?
« Je suis entraîneur et il y a un directeur sportif. Pour ma part je m’occupe de l’équipe 1 avec Laurent Rugelj comme adjoint, Djemal Kolver comme préparateur physique et Fabrice Dulac en charge des gardiens. Nous formons un staff homogène, nous nous complétons, chacun apportant sa pierre à l’édifice. Nous dirigeons les séances en alternance avec Laurent, mais je reste décideur sur tout ce qui est d’ordre tactique ».
Quels sont les points forts de ton équipe ?
« Comme nous n’avons encaissé que 8 buts, je pourrais dire notre défense. Néanmoins pour moi, c’est toute l’équipe qui défend, ce sont les 11 joueurs présents sur le terrain, c’est important que chacun soit concerné et mes joueurs l’ont bien compris ».
Quel est ton fonctionnement dans l’organisation de jeu ?
« Je prends des renseignements sur notre adversaire, ses points forts, ses points faibles, ses combinaisons sur coups de pieds arrêtés. A partir de là je dresse un plan de jeu en fonction de l’adversaire du jour. Il m’arrive souvent d’échanger avec les autres coachs ».
Le départ de Otmane Dadoune a-t-il eu une incidence ?
« Nous avons respecté son choix de partir et même s’il était notre meilleur buteur actuel, ça n’a pas déstabilisé le groupe, nous continuons notre marche en avant ».
Quels sont les objectifs du club ?
« Bien sûr en étant invaincus en 17 rencontres (12 victoires et 5 nuls) je ne vais pas mentir en disant que c’est le maintien… Bien évidemment c’est la montée que nous visons, mais il faut savoir que rien n’est fait. Ce week-end nous sommes au repos et nous allons être des spectateurs attentifs d’Aurillac – ASSE 2, une victoire d’Aurillac ne serait pas pour nous déplaire. Nous avons 4 matchs importants à venir : Aurillac, Ain Sud, ASSE2 et Clermont2… nous y verrons plus clair au soir du 7 avril ».
Quels sont tes objectifs personnels ?
« J’ai été très bien accueilli par les dirigeants et je me sens très bien ici. Je suis en osmose aussi bien avec les dirigeants qu’avec les joueurs, alors pourquoi ne pas continuer l’aventure au sein d’un club sympa et familial ? ».
Comment vois-tu la formation des jeunes, le recrutement ?
« C’est un chantier important qui doit se mettre en place sans précipitation. Le FCBJ a toujours été un vivier de talents alimentant les grosses écuries à l’image, ces dernières années, d’Amine Gouiri à l’OL, Kévin Monet-Paquet à l’ASSE ».
Connais-tu Footisere et qu’en penses tu ?
« Hélas non je ne connaissais pas, mais je vais m’empresser d’aller visiter votre site et j’en profite pour vous souhaiter un bon anniversaire et une longue vie ».