Face à la très juvénile équipe de Bordeaux, le GF38 n’a pas confirmé ce qu’on était en droit d’attendre d’une formation voulant montrer ses envies et ses qualités à domicile.
Justement au niveau des qualités, il y a encore beaucoup d’approximations, soit dans les transmissions, soit dans les centres, soit dans la finition.
Gaëtan Poussin, le dernier rempart des girondins a passé une soirée très confortable face aux attaquants isérois qui n’ont jamais cadré leurs frappes.

Au GF38, en passant par les couloirs, les rares fois que les centres étaient bons, il n’y avait personne à la réception ; quand il y avait du monde dans la surface de vérité, les centres n’arrivaient pas … Et même en supériorité numérique le GF38 est resté quelque peu frileux, on n’a pas vu de différence sur le terrain.

On ne nous enlèvera pas de l’esprit qu’il manque un créateur, un joueur capable à la fois de donner le ton et de trouver des partenaires dans les espaces. Flo Michel a des qualités indéniables mais le niveau de la L2 demande plus de précision, plus de justesse, plus de conviction. Amine Sbaï qui n’a pas été bien loin d’ouvrir le score semble posséder les qualités de dribbleur, mais on n’est plus en National, il faudra élever le niveau de jeu d’un ton.

Après 4 matchs, alors que le recrutement a été accès sur l’attaque, le GF38 n’a inscrit qu’un seul but, plus mauvaise attaque ex-aequo avec Pau et Valenciennes.