C’est un constat assez alarmant que nous dressons ce jour :
la majorité de l’effectif professionnel du GF38 n’a pas le niveau de la Ligue 2.
On n’ira pas jusqu’à énumérer les joueurs un par un pour les classer, lui NON, lui OUI, mais il faut se rendre à l’évidence et dans le contexte actuel l’opération pour éviter la relégation va être très délicate.
Après l’élimination en coupe de France 3-0 face à Andrézieux (N2), c’est face à Bourg (national) que le GF38 a encore subi une défaite en amical 3-0.
Le bébé qu’a récupéré Vincent Hognon est pour l’instant bien fébrile.
Une autre évidence : la saison dernière a été effectuée sans doute en sur régime (et avec d’autres joueurs) mais aussi ces joueurs se sont transcendés durant quelques mois pour hausser leur niveau de jeu et ainsi atteindre les barrages.
Si le Directeur Général annonce chaque saison que le projet c’est de faire mieux que la saison précédente, ce ne sera hélas pas envisageable cette année.
Sources de réflexion
Les différentes personnalités des coachs :
– Avec Philippe Hinschberger, le courant passait bien avec les joueurs, c’était un rassembleur à la fois sérieux, intelligent mais aussi festif et sachant tirer le meilleur de chacun de ses joueurs.
– Avec Maurrizio Jacobazzi c’est un tout autre profil : assez fermé, moins enclin à la gestion dynamique du groupe, il n’est pas parvenu à faire passer son message pourtant d’après le Directeur Général, tous les clignotants étaient au vert. Une évidence : la mentalité et l’organisation du football helvétique n’a rien à voir avec la L2 française.
– Avec Vincent Hognon c’est encore un autre profil, sans doute beaucoup plus près de celui de PH mais qui découvre un énorme chantier devant lui. Il est conscient de la tâche et son expérience sera sans doute un élément primordial dans son travail.

Alors aujourd’hui, des travaux d’amélioration ont été entrepris comme la réfection de la pelouse du stade et aussi le projet du centre de formation qui semble être en bonne voie, il serait vraiment dommageable que le GF38 dégringole d’un échelon, surtout quand on voit la difficulté de remonter pour les clubs pros descendus en nationale.