Cette langue tirée après ses 2 buts serait-elle adressée à Didier Deschamps ? (Sportinfoto/DeFodi Images/SIPA)

Même s’il n’a pas été retenu dans la liste des 23 par DD, Olivier Giroud a montré dimanche de la meilleure des manières qu’il ne faut pas encore le mettre dans la case retraite. L’attaquant français à inscrit un doublé dans son nouveau stade de San Siro, contribuant ainsi à la large victoire de l’ AC Milan sur Cagliari (4-1), en clôture de la deuxième journée de Série A.

Frappe limpide du gauche pour le 3-1 (24è) puis penalty au ras du poteau pour le 4-1 (43è) : Giroud n’a pas manqué les deux occasions qui se sont présentées et s’en est allé cueillir ses premières ovations des quelque 30.000 tifosi.

Sous les yeux de Zlatan

Combatif mais sans beaucoup de balles de but à se mettre sous les crampons lors du premier match chez la Sampdoria (1-0), le Français s’est aussi illustré dimanche soir par quelques déviations de classe : Rafael Leao a failli marquer sur la première, en talonnade (9e) et Sandro Tonali a marqué sur le coup franc provoqué par sa seconde (1-0, 12e). San Siro a grandement apprécié la prestation du Français. Zlatan Ibrahimovic aussi, présent en tribunes en attendant de pouvoir retrouver les terrains vers la mi-septembre après son opération à un genou en juin. « Jouer à San Siro, c’est une grande émotion », a réagi Giroud au micro de DAZN, alternant l’italien et l’anglais.

Pas superstitieux par rapport au N°9

Sera-t-il celui qui vaincra la malédiction qui empêche les N°9 milanais de briller depuis quelques années ? « On m’a dit qu’il y avait quelque chose de spécial avec le N.9 à Milan, mais je ne suis pas superstitieux du tout ! C’est un honneur de porter ce maillot. Quand j’étais jeune, je regardais Van Basten, Jean-Pierre Papin, Pippo Inzaghi », a-t-il souri.