Le GF38 se retrouve 15ème au classement ! Ce classement correspond aux prestations que l’équipe propose depuis les trois derniers matchs (3 défaites : Valenciennes, Le Havre et Amiens). De plus un fossé s’est petit à petit créé entre le coach Jacobacci et les joueurs, une majorité d’entre eux ne comprenant plus ce que demande exactement le technicien italo-suisse.
Sans oublier la Coupe de France qui a déclenché le courroux de certains. Mais la faute en premier n’incombe t-elle pas aux joueurs ? Quand on n’est pas bons on se cherche des excuses, on fuit ses responsabilités, on se cache derrière de faux semblants et il est plus facile de faire tomber les causes sur le technicien responsable et son staff.
Aujourd’hui on entend dire çà et là que les valises de Jacobacci seraient prêtes et qu’il devrait passer les fêtes en famille au bord du Léman. Auparavant il faudra aller à Ajaccio.
Le niveau des joueurs en cause.
Être footballeur professionnel n’est pas donné à tout le monde, il y a beaucoup de demandes mais que peu d’élus et quand on a la chance, car oui c’est une chance de faire ce métier, on se doit d’être irréprochable.
Aujourd’hui près de 1400 joueurs sont sous contrat professionnel. Pour la DTN il y a trop de joueurs sous contrat dans les clubs et souhaiterait rabaisser à un maximum de 24 joueurs professionnels par club (sans compter les premiers contrats pro).
Le football professionnel est-il viable à Grenoble ?
La question éternelle qu’on se pose à Grenoble, le football professionnel a-t-il sa place ?
OUI et sans aucun doute avec un tissu économique aussi diversifié que dynamique. Avec de bons gestionnaires, de bons managers, de bons coachs mais surtout avec de bons joueurs à la fois consciencieux et responsables.
D’où l’importance d’un recrutement judicieux sur lequel on ne doit pas faire d’erreur, mais aussi sur une mise en place de la formation (on peut prendre l’exemple de l’OL).
Faire le mieux possible avec ce dont on dispose.
La qualité globale de l’effectif grenoblois s’est considérablement effritée à l’inter saison alors cette saison il va falloir sauver les meubles et faire avec ce que l’on a car on ne voit pas comment même avec une recrue hivernale comment l’équipe pourrait densifier son jeu aussi bien sur la qualité que sur les résultats.
Les Ultras en colère.
Depuis ce matin les Ultras ont affiché leur mécontentement sur les murs d’enceinte du Stade des Alpes en demandant une réaction de la part des dirigeants mais également en demandant la démission du coach. Le malaise est profond.

(Source photo : Metro-sports.fr)

Eviter la descente.
L’équipe va sans doute de plus en plus jouer avec la peur au ventre, peur de la défaite (un peu comme à Amiens), retranchée dans sa moitié de terrain en espérant ne pas prendre de but. En fait c’est la meilleure solution pour avouer son échec, son manque de qualité. Comment imaginer un résultat positif en allant jouer à Ajaccio, l’actuel leader de L2…